00:00
00 Mois 0000
Chaussures thérapeutiques sur mesure

Auteurs : C. POURTIER-PIOTTE1, E. THOMAS2 , E. COUDEYRE3

1. Service de Médecine Physique et Réadaptation, CHU de Clermont-Ferrand, Université d’Auvergne
2. Podo-orthésiste, Etablissements Boucharenc, Saint Chély d’Apcher
3.
Service de Médecine Physique et Réadaptation, CHU de Clermont-Ferrand, Université d’Auvergne

Sommaire [masquer]
Ajouter une section Editer le contenu d'une section Historique de la section Inscrire à la section Supprimer une section
ORTHESES DU MEMBRE INFERIEUR et AIDES A LA DEAMBULATION / Chaussures orthopédiques et semelles orthopédiques[historique]
1 - Description d’une chaussure[historique]
a. Composants [historique]

Une chaussure est composée d’une tige qui repose sur une semelle.
La tige est constituée en avant de la claque ou empeigne et en arrière de quartiers.

La botte web
 

Chaque élément est important et apporte des caractéristiques spécifiques à la chaussure :
On peut prendre comme exemple le talon dont la hauteur, l’abattage et le pavé permettent d’en définir la stabilité.

b. Formes[historique]

La forme n’est pas seulement esthétique mais correspond à des attentes qui découlent de caractéristiques du pied à chausser.

 CTC (Centre Technique du Cuir)

2 - Différents types de chaussures thérapeutiques[historique]
2.1. CHTS : Chaussures thérapeutiques de série[historique]
2.1.1. CHUT : à usage temporaire[historique]

Chaussure à usage temporaire

Une chaussure thérapeutique à usage temporaire est un dispositif médical au sens de l’article L. 5211-1 du code de la santé publique.

Cette chaussure est techniquement conçue pour une utilisation temporaire.

Une chaussure thérapeutique de série est destinée à des patients dont les anomalies constatées au niveau du pied demandent un maintien, un chaussant particulier ou une correction que ne peut assurer une chaussure ordinaire, sans pour autant justifier l’attribution d’une chaussure thérapeutique sur mesure.

Elle répond à une finalité thérapeutique.

Il existe trois types de CHUT :

  • Les chaussures à décharge de l’avant-pied (exemple : chaussure de Barouk) ;
  • Les chaussures à décharge du talon ;
  • Les chaussures pour augmentation du volume de l’avant-pied.
a. Fabrication[historique]

1. Tous les matériaux utilisés pour la fabrication d’une chaussure thérapeutique de série sont :

Sans défaut ; réputés non allergiques ; hygiéniques ; confortables ; non traumatisants ; biocompatibles.


2. La forme :

Ces chaussures doivent permettre si besoin le port d’un pansement même important.

Une forme est indispensable à la réalisation de la chaussure thérapeutique de série. Le fabricant indique la grosseur habituelle (périmètre passant par les première et cinquième têtes métatarsiennes).

La forme utilisée est au moins égale à une sixième grosseur pour les enfants et les adolescents, une septième grosseur pour les femmes et une neuvième grosseur pour les hommes.


3. La tige :

Le dessus et la doublure de la tige sont le plus souvent prélevés dans les peausseries. Dans certains cas dictés par la pathologie ou les conditions d’utilisation, la peausserie peut être remplacée partiellement ou totalement par des tissus ou matériaux de synthèse répondant aux critères de qualité précédemment cités.

Elle comprend :

  • une partie postérieure fixe pouvant ou non basculer en arrière. Cette partie postérieure est basse ou haute ;
  • des quartiers latéraux solidaires ou non, mais devant permettre l’introduction sans effort du pied (ouverture maximale). En ouverture maximale, le pied est complètement recouvert soit par les quartiers latéraux, soit par une languette qui peut être capitonnée.

Le réglage des quartiers doit permettre des variations de volume autour d’un pied inflammatoire, œdématié ou revêtu de pansements. Le réglage doit être facile et indépendant. Il est obtenu par la réunion des quartiers au moyen d’un laçage de bandes auto agrippantes ou tout autre moyen.


4. Les éléments de renfort de la tige :

Les éléments de renfort de la tige, s’ils existent, sont adaptés à la finalité thérapeutique. Ils sont habituellement en cuir ou peausserie mais ils peuvent être remplacés par des matériaux de synthèse respectant les critères de qualité susvisés.


5. Le semelage :

Le semelage peut être en matériau naturel ou synthétique.
La semelle peut être totale ou partielle.

b. Propriétés mécaniques et hygiéniques de la chaussure thérapeutique de série :[historique]

Une chaussure thérapeutique de série est conforme aux normes :

  • NFG 52004 : résistance de la tige à la déchirure > 3 daN (deca newton) ;
  • NFG 62012 : adaptabilité de la tige (déformation rémanente entre 25 et 50 %) ;
  • NFG 52019 : perméabilité à la vapeur d’eau de la tige > ou égale à 20 mg/cm² en 8 heures ;
  • NFG 62002 : absorption de la sueur (120 mg/cm²) ;
  • NF EN 12770 : G 62001 : méthode d’essai applicable aux semelles d’usure - résistance à l’abrasion ;
  • NFG 52014 : liaison tige/semelle > ou égale à 3 daN/cm.

De plus, la souplesse longitudinale de la chaussure est telle que la force nécessaire à la plier soit inférieure ou égale à 2,5 daN.

c. Garantie[historique]

La garantie (fournitures et main-d’œuvre) relative à la fabrication, à la finition et à la qualité s’étend sur une période de trois mois à compter de la date de livraison pour une chaussure thérapeutique de série à usage temporaire (CHUT).

Le fabricant s’engage à tenir un stock permanent afin de répondre favorablement à tout moment aux commandes des fournisseurs.

2.1.2. CHUP : à usage permanent[historique]

Chaussure à usage prolongé

Définition :

Une chaussure thérapeutique à usage prolongé est un dispositif médical au sens de l’article L. 5211-1 du code de la santé publique.

Cette chaussure est techniquement conçue pour une utilisation prolongée.

Une chaussure thérapeutique de série est destinée à des patients dont les anomalies constatées au niveau du pied demandent un maintien, un chaussant particulier ou une correction que ne peut assurer une chaussure ordinaire, sans pour autant justifier l’attribution d’une chaussure thérapeutique sur mesure.

Elle répond à une finalité thérapeutique.

a. Fabrication[historique]

1. Tous les matériaux utilisés pour la fabrication d’une chaussure thérapeutique de série sont :

- Sans défaut,
- Réputés non allergiques,
- Hygiéniques,
- Confortables,
- Non traumatisants,
- Biocompatibles.


2. La forme :

Une forme est indispensable à la réalisation de la chaussure thérapeutique de série.


3. La tige :

Le dessus et la doublure de la tige sont le plus souvent prélevés dans les peausseries. Dans certains cas dictés par la pathologie ou les conditions d’utilisation, la peausserie peut être remplacée partiellement ou totalement par des tissus ou matériaux de synthèse répondant aux critères de qualité précédemment cités.


4. Les éléments de renfort de la tige :

Les éléments de renfort de la tige, s’ils existent, sont adaptés à la finalité thérapeutique. Ils sont habituellement en cuir ou peausserie mais ils peuvent être remplacés par des matériaux de synthèse respectant les critères de qualité susvisés.


5. Le semelage :

Le semelage peut être en matériau naturel ou synthétique.

b. Propriétés mécaniques et hygiéniques de la chaussure thérapeutique de série[historique]

Une chaussure thérapeutique de série est conforme aux normes :

  • NFG 52004 : résistance de la tige à la déchirure 3 daN (décanewton) ;
  • NFG 62012 : adaptabilité de la tige (déformation rémanente entre 25 et 50 %) ;
  • NFG 52019 : perméabilité à la vapeur d’eau de la tige ou égale à 20 mg/cm² en 8 heures ;
  • NFG 62002 : absorption de la sueur (120 mg/cm²) ;
  • NF EN 12770 : G 62001 : méthode d’essai applicable aux semelles d’usure - résistance à l’abrasion ;
  • NFG 52014 : liaison tige/semelle ou égale à 3 daN/cm.

De plus, la souplesse longitudinale de la chaussure est telle que la force nécessaire à la plier soit inférieure ou égale à 2,5 daN.

c. Garantie[historique]
La garantie (fournitures et main-d’œuvre) relative à la fabrication, à la finition et à la qualité s’étend sur une période de six mois à compter de la date de livraison pour une chaussure thérapeutique de série à usage prolongé (CHUP). Le fabricant s’engage à tenir un stock permanent afin de répondre favorablement à tout moment aux commandes des fournisseurs.
2.2. Sur mesure[historique]

La chaussure orthopédique est adaptée à la pathologie du patient et est destinée à améliorer les fonctions de la marche. La chaussure orthopédique est une chaussure sur mesure destinée à un patient dont l’un ou les deux pieds ne peuvent être chaussés par des chaussures de série.

Elle est prescrite par paire ou à l’unité pour les porteurs de pilon.

Elle comprend obligatoirement une orthèse plantaire.

Depuis 2010, un décret impose que les 1eres attributions de chaussures orthopédiques soient prescrites par un spécialiste en Médecine Physique et de Réadaptation, en Rhumatologie ou en Orthopédie. Cette liste à été étendue aux spécialités suivantes exerçant en ville ou centres hospitaliers : Neurochirurgie, Neurologie, Endocrinologie, Chirurgie plastique et reconstructive, Chirurgie vasculaire et également pour les médecins exerçant en établissement de santé pour les spécialités suivante : Pédiatrie, Dermatologie et Gériatrie.

En renouvellement, elle peut être prescrite par le médecin traitant.

Elle est soumise à un accord préalable de la caisse de l’assuré social.

La première année, le patient peut recevoir deux paires de chaussures thérapeutiques sur mesure avec un délai de 3 mois (1ère et 2ème mises) puis une paire par an en renouvellement si nécessaire.

Il existe deux types de chaussures orthopédiques.

2.2.1. Classe A[historique]

Code : 2689974

Tarif : au 1er juillet 2012 : 717,11 euros TTC

- Désorganisation métatarso-phalangienne enraidie
- Trouble volumétrique
- Amputation au niveau trans métatarsien ou plus proximal
- Inégalité de longueur ≥ à 13 mm ou de hauteur des membres inférieurs ≥ à 20 mm.

2.2.2. Classe B[historique]

Code : 2620400

Tarif : au 1er juillet 2012 : 789,21 euros TTC

- Chaussure pour désaxation complexe statodynamique : effondrement complet et irréductible de la colonne médiane, équin fixé nécessitant une compensation égale ou supérieure à 20 mm, varus-équin et talus.
- Paralysie : pied tombant
- Instabilité du tarse et de la cheville et non logeable dans des chaussures de série thérapeutiques ou non.
- Trouble trophique, avec la particularité suivante pour les pieds diabétiques :

Prévention primaire et secondaire des ulcérations du pied chez des patients diabétiques, indemnes de plaies, ayant des pieds à risques d’ulcération avec un des deux stades de complications suivants :

Stade 1 : avec obligatoirement concomitamment une neuropathie sensitive et des troubles morpho statiques des pieds, et/ou une artériopathie périphérique ;

Stade 2 : stade 1 + antécédent d’ulcération chronique du pied ;

Cicatrisation des plaies chroniques du pied diabétique à risque de stade 1 et 2.

2.2.3. Moulage (quelle que soit la hauteur)[historique]

Code : 2681257

Tarif : 48,28 euros TTC l’unité

2.2.4. Réparation [historique]

Plusieurs forfaits réparations existent.

Forfait réparations, orthèses plantaires, la paire (Code 2673559), Tarif : 121,97 euros TTC
Forfait réparations, tiges, la paire (Code 2652988), Tarif : 84,95 euros TTC
Forfait réparations, semelage, la paire (Code 2683517), Tarif : 57,29 euros TTC

Tarifs au 1er juillet 2012

Forfaits de réparation dans la limite d’une attribution par an et par paire.

2.2.5. Appareil podo jambier[historique]

Appareil podo-jambier spécial sur moulage.
Pour chaussures de série ou orthopédiques

Code : 2646692

Tarif : 420,45 euros TTC

3 - Le montage d’une chaussure thérapeutique sur mesure[historique]


Fabrication d’un moule à la forme du pied grâce à la prise d’empreintes ou d’un moulage du pied

Fabrication de l’orthèse plantaire Le patronage : le plan de la chaussure
et de ses différents composants réalisé par informatique 

La coupe  : patron découpé dans la matière de la future chaussure

Le piquage : assemblage des différents composants de la chaussure

Le montage : mise en forme des éléments précédemment assemblés,
les éléments de renfort et de correction sont installés au cours de cette étape
 
Le semelage : ajout de la semelle extérieure
4 - Caractéristiques de la chaussure thérapeutique sur mesure[historique]
4.1. A ne pas oublier[historique]

Il est important de bien préciser :

  • Si la réalisation de la chaussure thérapeutique sur mesure doit être faite sur moulage ou non.
  • Si le patient est allergique à un matériau, la contre-indication de celui-ci doit être notée sur la prescription.
  • Lorsqu’on prescrit une paire de chaussures thérapeutiques sur mesure, celles-ci doivent être précisément décrites ainsi que le rôle de l’orthèse qu’elles contiennent.
4.2. Maintien : contrefort, hauteur de tige[historique]

En cas d’instabilité de cheville ou de déficit neurologique il peut être nécessaire de préciser quel type de maintien doit comporter la chaussure.
D’autre part en cas de déficit des releveurs du pied, une tige haute permet un plus grand bras de levier pour maintenir le pied à angle droit.

Un varus nécessite un bon contrefort latéral et un valgus, un bon contrefort médial.

Maintien : contrefort, hauteur de tige

4.3. La semelle : relevé de bout, talon[historique]

Le relevé de bout est demandé par exemple en cas de déficit des releveurs. Associé à un déroulé bateau voire à un releveur intégré, il permet de mieux passer le pas en évitant l’accroche distale.

Le talon a de nombreuses caractéristiques et est un élément important de la stabilité de la chaussure. La hauteur du talon peut permettre de soulager une talalgie, l’abattage et le pavé en définissent la stabilité, élément déterminant en cas d’instabilité de cheville par exemple. D’autre part, un talon haut entraîne une augmentation de l’appui sur l’avant pied ce qui peut être source de majoration de métatarsalgies.

 Chaussure à semelle relevé de bout (talon)

4.4. Type de fermeture de l’empeigne[historique]

Il est évident qu’il faut tenir compte des capacités motrices et de préhension des membres supérieurs du patient à chausser. Un patient atteint d’une hémiplégie par exemple, peut avoir une diminution de ces capacités et il faudra alors envisager une fermeture de l’empeigne adaptée : on évitera les lacets pour privilégier des fermetures à glissières ou des velcros plus faciles à fermer.

En cas de troubles volumétriques, la fermeture devra pouvoir s’adapter aux variations de volume du pied. Une fermeture par lacets avec ouverture basse doit permettre d’enfiler plus aisément la chaussure thérapeutique sur mesure.

 

Fabrication d’un moule à la forme du pied grâce à la prise d’empreintes ou d’un moulage du pied
5 - Prescription : remplissage du Cerfa type grand appareillage (N° Cerfa : 12042*01 - N° d’homologation ministérielle : S3135a)[historique]


Le Cerfa comprend 4 volets. Les 3 premiers étant identiques, il suffit de remplir le premier.

Le 4 ème volet est capital car il s’agit de justifier médicalement la prescription.
Ne pas oublier de tamponner les 4 volets

Cliquez sur les pages pour pouvoir les visualiser plus en détail
et champs à remplir obligatoirement

cases à cocher au choix

En pratique :

Idéalement lors d’une consultation multidisciplinaire médico technique d’appareillage (médecin de MPR et podo-orthésiste)

                Lors d’une première attribution

1 ère consultation : prise de mesure voire moulage si nécessaire

2 ème consultation : essai de formes prototypes

Mesure et moulage Essayage du prototype


3 ème consultation : livraison des chaussures thérapeutiques sur mesure

Livraison des chaussures thérapeutiques sur mesure
    

Lors d’une deuxième attribution ou d’un renouvellement

1 ère consultation : prise de mesure voire moulage si nécessaire
2 ème consultation : livraison des chaussures thérapeutiques sur mesure

6 - Exemples (non exhaustifs)[historique]
6.1. Trouble volumétrique :[historique]

Prescription  :

Une paire de chaussures thérapeutiques sur mesure de type Derby avec laçage ou velcros, réalisées sur moulage (à droite dans cet exemple).

 Chaussures thérapeutiques sur mesure Derby à lacets
6.2. Inégalité de longueur des membres inférieurs :[historique]

Prescription :

Une paire de chaussures thérapeutiques sur mesure avec compensation d’une inégalité de longueur à droite de 5 cm dans la chaussure et 2.5 cm à l’extérieur.

 Chaussures thérapeutiques sur mesure
avec compensation d’inégalité de longueur

6.3. Varus équin fixé[historique]

Prescription :

Une paire de chaussures thérapeutiques sur mesure :


Chaussure gauche :

  • Semelle : relevé du bout, déroulé bateau
  • Contrefort latéral
  • Tige haute avec releveur intégré
  • Orthèse gauche de compensation de l’équin :
    • Coin pronateur postérieur
    • Si griffes d’orteils réductibles et absence de spasticité : ajouter une barre rétro capitale.


Chaussure droite : surélévation de 2 cm.

   
 1ère mise : usure      
 Renouvellement
6.4. Instabilité de la cheville[historique]

Exemple d’une instabilité de cheville ici liée à un déficit musculaire en rapport avec une sclérose en plaques.

Prescription :

Une paire de chaussures thérapeutiques sur mesure.

Chaussure gauche :

  • Baleinage bilatéral  ( )
  • Tige moyenne à haute
  • Relevé de bout  ( )

Orthèse gauche :

  • Cuvette talonnière

chaussures thérapeutiques sur mesure
(instabilité de cheville)

 Un effort d’esthétisme est recommandé pour une meilleure adhésion au port des chaussures thérapeutiques sur mesure.

Et ne jamais oublier…[historique]

Que le suivi est primordial, tant pour un pied diabétique que pour un pied neurologique présentant un déficit sensitif, qu’un pied vasculaire ou qu’un pied rhumatoïde sous biothérapie.

Qu’un temps d’adaptation est nécessaire pour l’ensemble de l’appareillage du pied mais qu’il ne doit pas durer 3 mois !

Que les conseils de chaussage sont primordiaux et conditionnent en partie l’efficacité de l’appareillage mis en place.

Références[historique]

Arrêté du 21 septembre 2006 paru au Journal Officiel, relatif à la modification de la nomenclature des chaussures thérapeutiques de série à usage temporaire (CHUT), des chaussures thérapeutiques de série à usage prolongé (CHUP), des chaussures orthopédiques, dénommées aussi chaussures thérapeutiques sur mesure, et de l’appareil spécial sur moulage inscrits aux chapitres 1er et 6 du titre II de la liste prévue à l’article L. 165-1 du code de la sécurité sociale

HAS, Commission d’évaluation des produits et prestations, 22 février 2006

L’ensemble de l’iconographie a été faite grâce à l’aimable collaboration de M. Eric THOMAS, Podo orthésiste, Etablissements Boucharenc, Saint Chély d’Apcher

Définir des rédacteurs sur une section permet d'empêcher sa modification par tout le monde.
Seuls les rédacteurs listés ici (ainsi que les administrateurs du wiki) pourront la modifier.
Les autres sections qui n'ont pas de rédacteurs suivent le fonctionnement du wiki choisi (mode Normal ou Modéré).