Les blogs

 Enjeux et risques des blogs

"En tant que pédagogue, je voudrais savoir quels sont les enjeux et les risques des blogs ?"

Le blog est un des outils phares du Web 2.0. Il donne notamment la possiblité aux Internautes d'interagir entre eux (partages, échanges, colaborations) contribuant ainsi au Web social.

Au même titre que les « chats » ou les dispositifs de messagerie électronique, les « blogs » interviennent dans le développement personnel des enfants, en leur permettant notamment d'échanger sur des sujets aussi divers que les loisirs, le sports, les sorties, l'amitié, les amours, les difficultés de la vie, les questions existentielles... Dans un contexte pédagogique, ils peuvent constituer (pour les élèves, les éducateurs, les écoles, les classes) des instruments de travail collaboratif et de transmission de contenus et de valeurs éducatifs. Ils peuvent tout particulièrement contribuer à l'amélioration de l'expression écrite.

Mais le « blog », souvent présenté comme un « journal intime », peut laisser croire au jeune « blogueur » que son contenu ne peut être consulté que par un public très restreint, alors qu'en réalité il se trouve potentiellement exposé à la vue des internautes du monde entier. De plus l'enfant ignore trop souvent que cette mise en circulation d'informations sur l'Internet peut l'exposer à de nombreux recours légaux, contre lui et ses parents.

Le jeune « blogueur » doit savoir qu'il ne peut, sans risquer la punition disciplinaire et la sanction judiciaire :

 reproduire et diffuser des productions intellectuelles (marques, inventions, dessins et modèles...) sans l'accord des personnes (titulaires de marque, inventeurs, auteurs et détenteurs de droits voisins de ces derniers) qui, de droit, en détiennent le monopole d'exploitation

 enregistrer, organiser, conserver, adapter ou modifier des informations révélant la vie privée des personnes ou permettant leur identification (« données à caractère personnel » telles que nom propre, adresse, numéro de téléphone), sans donner une information préalable et obtenir l'accord incontesté de la personne concernée ou, le cas échéant, de la CNIL ( Commission Nationale Informatique et Libertés)

De plus, puisque le « blog » est un outil de "communication au public en ligne par voie électronique" (public indéterminé, extérieur, inconnu et imprévisible), son utilisation est soumise au respect de la loi du 21 juin 2004 pour la confiance dans l'économie numérique.

De ce fait, tout « blog », comme tout autre site Internet, doit contenir une notice légale, à l'instar de l'« ours » des journaux imprimés, indiquant la raison sociale, l'adresse, le numéro de téléphone ou l'e-mail de l'hébergeur du « blog », sans qu'il soit toutefois nécessaire, par souci d'anonymat, de mentionner l'identité du « blogueur ».

Un « blogueur » doit savoir qu'il s'exposerait à l'action de la justice s'il :

 diffusait des informations à caractère diffamatoire, injurieux, obscène, offensant, violent, pornographique, susceptibles par leur nature de porter atteinte au respect de la personne humaine et de sa dignité ou d'inciter à la violence politique, raciste ou xénophobe
 communiquait des messages présentant sous un jour favorable le banditisme, le vol, la haine ou tous actes qualifiés de crimes ou délits, ou de nature à inspirer ou entretenir des préjugés ethniques ou discriminatoires

Les jeunes « blogueurs » doivent savoir que la justice pénale peut punir un enfant mineur, de manière adaptée, en réponse à chaque acte pénalement sanctionné. Les parents, quant à eux ne peuvent être reconnus coupables d'une infraction commise par une autre personne, fût-ce leur enfant, sauf complicité démontrée ou si le père ou la mère se soustrayait à ses obligations légales « au point de compromettre la sécurité, la moralité ou l'éducation de son enfant mineur (article 227-17 du Code pénal )

Mais les pères et mères, en tant qu'ils exercent l'autorité parentale, sont responsables civilement des dommages causés par leurs enfants (article 1384 du Code civil). Ils sont responsables en raison d'un simple fait dommageable dont l'enfant est l'auteur et même s'il survient pendant le temps de présence de celui-ci dans l'école ou l'établissement scolaire. Dans l'enceinte de l'établissement, le devoir de surveillance du "bon père de famille" se déplace sur la fraction du corps éducatif auquel l'enfant se trouve confié.

Ce devoir est de tous les instants et dans tous les lieux de l'établissement, pendant le temps où l'enfant est confié à l'institution scolaire il s'impose au responsable de l'établissement scolaire, aux enseignants et à tous les membres présents de l'équipe éducative.

Toutefois la mise en jeu directe de la responsabilité civile de ces personnes est écartée pour les dommages causés ou subis par les élèves. La responsabilité civile de l'Etat est substituée à celle de ses agents fautifs (article L. 911-4 du code de l'Education - loi du 5 avril 1937) de n'avoir pas pris, en fonction de leurs pouvoirs et de leurs moyens, les mesures qui permettent raisonnablement de s'assurer que les élèves ne causent pas des dommages à des tiers ou ne subissent pas eux mêmes un préjudice.

En cas de découverte d'un contenu problématique sur le « blog » d'un élève, l'action devant les juridictions n'est pas nécessairement la meilleure réponse, notamment lorsque le jeune n'a pas perçu la réalité du caractère déviant de son comportement. Il appartient aux adultes en charge de l'enfant mineur d'intervenir de toute urgence auprès de lui pour qu'il retire de son « blog » tout contenu illicite ou préjudiciable et qu'ils organisent avec lui et, le cas échéant, avec ses camarades de classe, un travail de sensibilisation et d'information sur les enjeux et les risques de l'Internet et des « blogs » en particulier.

Ce travail devrait permettre de faire prendre conscience aux élèves de la responsabilité qui est la leur lors de la publication d'informations ou d'opinions sur les réseaux et s'intégrer de manière opportune dans la validation du Brevet informatique et Internet (B2i). Tout incident survenu du fait d'une utilisation abusive d'un « blog » est l'occasion pour l'institution éducative de souligner l'importance du respect de règles de conduite applicables aux usages de l'Internet et d'entreprendre, le cas échéant, le travail d'écriture d'une charte de bon usage d'Internet et des réseaux (ou d'en compléter les règles lorsqu'elle existe) incluant un article spécifique aux risques du «blog ».

La circulaire parue au bulletin officiel de l'éducation nationale du 18 février 2004 oblige en effet les écoles, collèges et lycées à définir et intégrer dans le règlement intérieur de l'établissement les droits, obligations et conditions d'utilisation des nouvelles technologies dans le contexte éducatif. Pour ce faire une Charte-type de référence est mise à leur disposition par le Ministère ainsi qu'un certain nombre d'exemples de chartes.

Pour compléter cette démarche, les collèges peuvent bénéficier, dans le cadre de l'opération « Tour de France des collèges », d'une visite de sensibilisation des élèves et des parents.
Le "Tour de France des collèges" constitue un élément important de la campagne nationale de sensibilisation aux enjeux et aux risques de l'Internet, annoncée par le ministre en charge des nouvelles technologies le 21 mars 2005, et dont l'objectif est de faciliter la compréhension des usages des technologies de l'information par les mineurs, de souligner leur responsabilité et celles de leurs parents et de valoriser le rôle de ces derniers dans l'accompagnement des jeunes à l'occasion de ces apprentissages. Dans ce cadre, il a été prévu dès la rentrée 2005 la constitution d'un site web de référence pour l'information des jeunes et des adultes sur l'ensemble des précautions à observer pour un usage raisonné et responsable de l'Internet.

 Ressources