00:00
00 Mois 0000
 Liste des chapitres
Ajouter un chapitre Editer le contenu d'un chapitre Renommer un chapitre Supprimer un chapitre Propriétés du chapitre Deployer l'arborescence Replier l'arborescence
Mycobacterium avium  [Modifier]

Note : fait partie du complexe dit " avium-intracellulare " quand aucune technique ne permettait la différentiation.

Nom commun :

Mots clés : Mycobactérie atypique, infections opportunistes chez malades du SIDA, infections respiratoires, adénopathies.

Morphologie

Bacille court, coco-bacillaire, coloration alcoolo-acido-résistante.

Culture

Milieux

  • Culture sur milieux de type gélose au sang : Non
  • Milieux spéciaux :
    • Milieux solides à l'oeuf coagulé (Löwenstein-Jensen, Coletsos).
    • Milieux liquides (MGIT).

Particularités culturales identifiées

Mycobactéries à croissance lente (> 7 jours) et non pigmentées.

Températures cardinales

  • Tmin : 10°C
  • Topt : 37°C [Température habituelle de croissance si Topt est inconnu : ]
  • Tmax : 43°C

Atmosphère utilisée habituellement - exigences d'environnement gazeux

Aérobies stricts

Caractères de base

  • Catalase : Catalase thermostable +
  • Oxydase :
  • autres1 :

Ecologie

Humain

Terrain immunodéprimé favorisant.

Animal

Oui, en particulier les oiseaux (tuberculose aviaire), lapin, porc.

Environnement

Oui, retrouvé dans l'air, l'eau, le sol.

Survie à l'extérieur de l'hôte

Bactérie hydrotellurique

  • Milieu sec non organique :
  • Milieu organique humide :
  • Milieu organique sec : Le germe reste viable et virulent dans le sol pendant plusieurs années.
  • Air :
  • Eau : oui

Pouvoir pathogène pour l'humain

Déterminisme

  • Colonisation-Invasion
    • Contamination par voie digestive ou respiratoire.
    • Très peu pathogène pour l'homme sain, peut le devenir en cas d'altération des mécanismes de défenses locaux ou généraux.
    • Lésions pulmonaires dues à l'action toxique des macrophages activés par les lymphocytes T.
  • Toxines et enzymes
    • Néant

Clinique

  • On ne documente que les cas les plus habituels
  • Infections suppuratives: néant.
  • Infections cutanées, sous-cutanées et muqueuses : ganglionnaires, fréquentes chez l'enfant (adénopathies cervicales surtout).
  • Infection de plaies : utilisation de petit matériel de chirurgie mal stérilisé..
  • Infections de la sphère ORL : néant.
  • Infections oculaires : néant.
  • Infections urinaires et rénales : cystites, pyélonéphrites.
  • Infections ostéoarticulaires : oui, arthrites, ostéomyélite.
  • Septicémies (et endocardites) : oui.
  • Infections pulmonaires : tableau de tuberculose, chez le patient immunodéprimé ou l'immunocompétent présentant des lésions pulmonaires sous-jacentes (silicose, tuberculose, bronchite chronique, mucoviscidose).
  • Infections neuro-méningées : rares.
  • Infections des séreuses : néant.
  • Infections digestives: néant.
  • Toxi-infections alimentaires : néant.
  • Chocs : néant.
  • Maladie typique (éventuellement)

Infection de l'immunodéprimé.
Importance des mycobactérioses à M. avium disséminées suite à l'épidémie de SIDA, avant introduction de la trithérapie.

Circonstances

Mode de transmission

Mal connu. Par inhalation (aérosols), ingestion à partir de l'environnement ; pas de transmission inter-humaine.

Période d'incubation

Inconnue.

Facteurs favorisants ou aggravants

  • Immunodépression en particulier due au VIH ; risque d'infections disséminées chez les malades atteints de SIDA si CD4 < 100/mm3.

  • Mutation d'un récepteur des interférons : adénopathie à M. avium récidivante chez l'enfant.

  • Terrains débilités

Epidémiologie

Répartition des cas

  • Fréquence d'isolement accrue depuis le début de l'épidémie de SIDA. En régression depuis la mise en place de la trithérapie.
  • Les mycobactérioses à M avium disséminées occupent la 3ème place parmi les infections opportunistes terminales chez les malades atteints de SIDA.

  • Se retrouve maintenant essentiellement chez l'enfant, la personne âgée et dans la population immigrée (absence de traitement).

Hôtes hors humain et zoonoses

Pouvoir pathogène chez la poule, les oiseaux, les porcins.

Maladie à déclaration obligatoire

  • Non

Sensibilité attendue aux thérapeutiques

Antibiotiques et mécanismes de résistance

Sensibilité habituelle.
Habituellement résistant in vitro à la plupart des antituberculeux, y compris la rifampicine. Des résistances par mutations existent pour la clarithromycine.

Antiseptiques et désinfectants

Non renseigné. Sans doute proche de celle de M. tuberculosis (voir ce germe)

Diagnostic

Prélèvements habituels

  • Hémocultures, crachats, ganglions, biopsies de foie, de moelle.
  • Traitement des prélèvements (décontamination identique à celle de M. tuberculosis (voir ce germe).

Diagnostic Direct

  • Microscopie
    • Examen direct après coloration : coloration acido-alcoolo résistante. Bacilles courts, cocco-bacillaires.
  • Culture
    • On ensemence des milieux solides (Löwenstein-Jensen et/ou Coletsos), ou liquides (MGIT, MB Redox).
    • Cultures gardées 3 mois à 37°C. M. avium est une mycobactérie atypique à croissance lente > 7 jours.

  • Diagnostic Immunologique
    • -
  • Méthodes Moléculaires
    • Identification de certaines espèces de mycobactéries atypiques dont le complexe M. avium intracellulare à l'aide de soudes nucléiques.

    • Séparation dans le complexe sur la base des séquences d'ADN (liSp 60).

Diagnostic indirect (par exemple sérologie)

Néant

Techniques bactériologiques pour la prévention des infections nosocomiales

-

Bases de la thérapeutique

De l'infection déclarée

  • Sur la base des spectres remis à jour annuellement (Dictionnaire VIDAL®) ou sur la base de données locales (Comité des Antibiotiques de l'Hôpital). Individuellement sur la base de l'antibiogramme.
  • Infections disséminées : clarithromycine, éthambutol, rifabutine ou clofazimine.
  • Adénites : ablation chirurgicale.
  • Pour les infections pulmonaires, traitement chirurgical après traitement antibiotique préalable.

Prophylaxie

  • Générale : Néant
  • Milieu hospitalier : Isolement, même consigne que pour M. tuberculosis.

  • Prophylaxie vaccinale : non
  • Chimioprophylaxie (antibioprophylaxie) : Chez le patient VIH : administration de Rifabutine ou Azithromycine.

Risques professionnels

  • Origine : Echantillons
  • Classe de risque : Niveau de sécurité P2

Rédacteurs et validation

  • Rédacteurs : S. Karabaghli, F. Boyer - Relecture et corrections : O. Dauwalder
  • Validation : Pr JP Flandrois
  • 1 Seuls les caractères facilement obtenus à la paillasse doivent être notés

Deplacer Cloner
Annuler
Nom
Mots clés
Description

Voulez vous sauvegarder vos modifications?