00:00
00 Mois 0000
 Liste des chapitres
Ajouter un chapitre Editer le contenu d'un chapitre Renommer un chapitre Supprimer un chapitre Propriétés du chapitre Deployer l'arborescence Replier l'arborescence
8. Difficultés diagnostiques des anticoagulants lupiques   [Modifier]

Janvier 2006
 

Difficultés diagnostiques des Lupus anticoagulants.
 
La problématique de la  recherche des lupus anticoagulants (LA) se pose fréquemment au laboratoire. Il peut s’agir d’un malade qui présente de façon inattendue une perturbation du bilan standard de coagulation, souvent par un allongement du temps de céphaline plus activateur (TCA), en particulier dans un bilan pré-opératoire ou avant le démarrage d’une héparinothérapie curative. Il peut s’agir également d’une recherche qui est explicitement demandée chez un malade présentant une pathologie dans laquelle la présence des LA est considérée comme importante: thromboses spontanées artérielles ou veineuses, parfois de localisation insolite, sans antécédent familial, fausses couches répétées inexpliquées ou retard de croissance du fœtus, thrombopénie inexpliquée.

La détection d’un LA et /ou d’un anticardiolipine à 2 reprises à 6 semaines d’intervalles chez ces patients conduit au diagnostic de syndrome des antiphospholipides (SAPL) (51). La découverte d’un LA et/ou d’un anticorps anticardiolipine est assez fréquente dans les maladies autoimmunes en général, spécialement dans le Lupus érythémateux aiguë disséminé (LEAD) chez qui ce sont des facteurs de risque important de thrombose ou de rethrombose, comme cela a été montré dans des études rétrospectives puis prospectives. Chez ces malades il  apparaît de plus que les LA constituent un risque de thrombose supérieur  à celui des anticardiolipines détectés par un test ELISA (43).
 

La diagnostic de LA est parfois difficile (3) et une erreur, faux négatif ou faux positif, peut avoir des conséquences importantes dans le traitement du malade, en particulier dans la prise de décision de traiter par antivitamine K (AVK). Ceci a conduit à la mise en place par l’association internationale d’hémostase et thrombose (ISTH) d’un sous-comité scientifique qui traite spécifiquement cette problématique et qui rédige des recommandations (7). Malgré de nombreux efforts de standardisation, d’importants problèmes de corrélation apparaissent dans les études multicentriques nationales ou européennes (2, 8, 25, 40).
 

Le but de cet article est de rappeler quelques règles incontournables et de présenter la situation actuelle dans la recherche des LA. 
 


 

Deplacer Cloner
Annuler
Nom
Mots clés
Description

Voulez vous sauvegarder vos modifications?